Paroisse Sainte Kateri Tekakwitha

Diocèse de Tours

Accueil > Dans nos paroisses > La crèche de Noël nous aide à approfondir le sens de l'avent ...
La crèche de Noël nous aide à approfondir le sens de l'avent ...
Par VDA**********AIL le 08/12/2023 23:00:00:00, cet article a été lu 13466 fois.

Dans les églises de nos paroisses, la crèche de Noel est une belle occasion de redécouvrir le récit biblique de la Nativité et pourquoi pas d’échanger sur le sens de cette fête pour nous aujourd’hui...


La crèche est l’un des symboles les plus authentiques de Noël


Préparer la crèche peut être un magnifique moment de partage et de découverte pour toute la famille et un temps précieux pour approfondir le sens de Noël avec les enfants.

La crèche est une tradition qui remonte au Moyen Âge et symbolise la naissance de Jésus à travers la représentation des personnages et lieux décrits dans les Saintes Écritures et par les traditions : elle se compose de la Sainte Famille la comète, les bergers avec leurs troupeaux, les mages disposés autour de la grotte ou de l’étable.

Il est communément admis que la tradition de la crèche remonte à l’époque de saint François d’Assise qui, en 1223, créa la représentation vivante de la Nativité à Greccio, ne Italie.


Avec les années, la coutume s’est répandue, en particulier au sein des familles et dans les églises et aujourd’hui la représentation de la naissance de Jésus, avec les différentes statuettes et éléments, est devenue une tradition incontournable. Dans plusieurs lieux perdure aussi la coutume de la crèche vivante, avec des personnes qui incarnent et représentent les personnages de la Nativité. Les formes de représentation de la Nativité, en effet, sont nombreuses à travers le monde.


Nos églises vous ouvrent leurs portes pour un temps en famille auprès de la crèche


Villiers-au-Bouin


Courcelles-de-Touraine

Venez voir, admirer, prier devant la Crèche à l'église de Courcelles de Touraine du 10 décembre au 1er janvier. Accès par la porte latérale, place de l'église, qui sera ouverte les après-midis de 15h à 18h.



Mazières-de-Touraine

L'église de Mazières de Touraine est ouverte tous les jours de 9h à 17h




Château-la-Vallière




La crèche de Noël nous aide à approfondir le sens de l'avent ...


Une crèche de Noël sous la protection de Sainte Kateri Tekakwitha ! Bravo à toute l'équipe !


La crèche de Noël nous aide à approfondir le sens de l'avent ...



Cinq-Mars-la-Pile

L'église de Cinq Mars-la-Pile est ouverte de 10h à 17h 30 chaque jour.




Channay-sur-Lathan

Une crèche sur le thème du vitrail, créée par une famille de Channay.

Ouverture tous les jours de décembre de 10h30 à 18h



La magnifique crèche des santons de Langeais

Les églises de Langeais et Cinq Mars-la-Pile sont ouvertes de 10h à 17h 30


Voici ce qui a été  réalisé  avec 45 nouveaux  santons. Des santons de Provence habillés  de tissus,  se sont invités dans la crèche  de Langeais .

Des vieux métiers sont  représentés,  certains  santons sont chargés  de présents, tous sont  différents. On peut reconnaître  le maire, le chasseur, les pêcheurs,....,
Elle fait  environ  15 m2.


La crèche de Noël nous aide à approfondir le sens de l'avent ...


Visite guidée de la crèche de Langeais :   la nativité,  l'origine  de la crèche,  la crèche provençale, ses personnages, la fabrication  des santons,...., pour petits et grands.  Durée une heure environ. S'inscrire au 07 82 38 08 44 .


La crèche de Noël nous aide à approfondir le sens de l'avent ...

La crèche de Noël nous aide à approfondir le sens de l'avent ...

La crèche de Noël nous aide à approfondir le sens de l'avent ...

La crèche de Noël nous aide à approfondir le sens de l'avent ...



Braye sur Maulne

L’église sera ouverte du 22 décembre au 1er janvier de 10 h à 19 h.




* * * * * * *



À Greccio, lieu de la première crèche réalisée par saint François d’Assise, le pape a signé dimanche 1er décembre la lettre apostolique Admirabile signum sur «?la signification et la valeur de la crèche?».


Pour ouvrir l’Avent, le temps de préparation à Noël, le pape François avait choisi, dimanche 1er décembre, le petit village de Greccio, au nord de Rome, aux confins du Latium et de l’Ombrie. C’est là, dans une grotte perchée sur les contreforts des Monts Sabins et dominant la plaine de Rieti, que saint François d’Assise avait réalisé la première crèche de Noël en 1223 (lire ci-dessous).


L’épisode est d’ailleurs le point de départ d’Admirabile signum (« Le merveilleux signe ») la lettre apostolique sur « la signification et la valeur de la crèche » que le pape, qui a repris le nom du saint d’Assise, a signé sur l’autel même du petit sanctuaire franciscain où il avait auparavant longuement prié.


Dans ce court texte d’un peu plus de cinq pages, François souligne combien « la belle tradition de nos familles qui, dans les jours qui précèdent Noël, préparent la crèche » est une « manière authentique de proposer de nouveau la beauté de notre foi avec simplicité ».

Le symbole d’« un monde plus humain et plus fraternel »


Cet élément de « transmission de la foi » est, souligne-t-il, une « aide à revivre l’histoire vécue à Bethléem » qui « stimule notre affection et nous invite à nous sentir impliqués dans l’histoire du salut, contemporains de l’événement qui est vivant et actuel dans les contextes historiques et culturels les plus variés ».


Avec cette lettre, le pape, qui avait estimé au printemps que l’interdiction des crèches de Noël dans les lieux publics était une « stupidité », n’entend pas faire de ce symbole un signe de division. S’il se félicite de « la coutume de l’installer sur les lieux de travail, dans les écoles, les hôpitaux, les prisons, sur les places publiques », pas question pour autant de donner prise à ceux qui, en Italie ou ailleurs, voudraient en faire un symbole identitaire.


Au contraire, il s’agit pour François de faire de la crèche le symbole d’« un monde plus humain et plus fraternel, où personne n’est exclu ni marginalisé ». Ainsi quand il commente ses différents symboles et s’arrête sur les santons, et notamment « ceux des mendiants et des personnes qui ne connaissent pas d’autre abondance que celle du cœur ».

« En naissant dans la crèche, Dieu commence la seule véritable révolution »

« Eux aussi sont proches de l’Enfant Jésus à part entière, sans que personne ne puisse les expulser ou les éloigner du berceau improvisé », insiste François pour qui « les pauvres et les simples dans la crèche rappellent que Dieu se fait homme pour ceux qui ressentent le plus le besoin de son amour et demandent sa proximité ».


« De la crèche, émerge clairement le message que nous ne pouvons pas nous laisser tromper par la richesse et par tant de propositions éphémères de bonheur », ajoute-t-il, critiquant une nouvelle fois le consumérisme auquel il oppose la symbolique de la crèche : « en naissant dans la crèche, Dieu lui-même commence la seule véritable révolution qui donne espoir et dignité aux non désirés, aux marginalisés : la révolution de l’amour, la révolution de la tendresse ».


François prend aussi l’exemple des Rois Mages, « des hommes riches, des étrangers sages, assoiffés d’infinis » qui « enseignent qu’on peut partir de très loin pour rejoindre le Christ ».


À travers ceux qui appellent « à réfléchir sur la responsabilité de tout chrétien à être évangélisateur », « chacun de nous devient porteur de la Bonne Nouvelle pour ceux qu’il rencontre, témoignant, par des actions concrètes de miséricorde, de la joie d’avoir rencontré Jésus et son amour ».

« La crèche parle de l’amour de Dieu »

Pour François, qui se félicite de l’usage d’« ajouter à la crèche d’autres figurines qui semblent n’avoir aucun rapport avec les récits évangéliques » – y voyant l’expression « que, dans ce monde nouveau inauguré par Jésus, il y a de la place pour tout ce qui est humain et pour toute créature » et la représentation de « la sainteté au quotidien » – ce qui compte donc avant tout dans la crèche « c’est que cela soit signifiant pour notre vie ».


« Partout, et sous différentes formes, conclut le pape, la crèche parle de l’amour de Dieu, le Dieu qui s’est fait enfant pour nous dire combien il est proche de chaque être humain, quelle que soit sa condition. »

——————————–

L’histoire de la crèche

Selon la Tradition, c’est à Greccio, au cours de la nuit de Noël 1223 que saint François d’Assise aurait organisé la première crèche vivante dans une grotte lui rappelant celle qu’il avait vue à Bethléem.

Sous l’influence des franciscains, la coutume des crèches vivantes se répand progressivement à travers l’Europe. Des crèches en bois ou en terre sont aussi progressivement fabriquées.

Au XVIe siècle, des crèches miniatures font leur apparition dans les églises et couvents. Diffusées par les jésuites dans le cadre de la Contre-Réforme, elles apparaissent également dans les familles.