Paroisse Sainte Kateri Tekakwitha

Diocèse de Tours

Accueil > Actualités > Vidéos > Pour les malades en phase terminale
Pour les malades en phase terminale
Par VDA**********AIL le 05/02/2024 22:39:35:00, cet article a été lu 224 fois.

Prions pour que les malades en phase terminale, ainsi que leurs familles, bénéficient toujours d’un accompagnement médical et humain de qualité.


Pape François – FÉVRIER 2024


Lorsque certaines personnes parlent de maladie en phase terminale, elles confondent deux mots : incurable et non soignable. Ce n’est pas la même chose.
Même lorsque les chances de guérison sont très faibles, tous les malades ont droit à un accompagnement médical, à un accompagnement psychologique, à un accompagnement spirituel et à un accompagnement humain.
Parfois, ils ne peuvent pas parler, parfois nous pensons qu’ils ne nous reconnaissent pas, mais si nous leur prenons la main, nous comprenons qu’ils sont en syntonie avec nous.
La guérison n’est pas toujours possible. Mais nous pouvons toujours prendre soin des malades et les caresser.
Saint Jean-Paul II disait que « guérir si possible, toujours prendre soin ».
C’est là qu’interviennent les soins palliatifs, qui garantissent au patient non seulement des soins médicaux, mais également un accompagnement humain de proximité.
Les familles ne peuvent pas être laissées seules dans ces moments difficiles.
Leur rôle est déterminant. Elles doivent avoir les moyens de garantir un soutien physique, un soutien spirituel et un soutien social.
Prions pour que les malades en phase terminale, ainsi que leurs familles, bénéficient toujours d’un accompagnement médical et humain de qualité.




François appelle à prendre soin et à accompagner les malades en phase terminale, ainsi que leurs familles

 

  • En ce mois où l’Église célèbre la Journée Mondiale du Malade, la Vidéo du Pape de février, lance un appel afin que les malades en phase terminale « bénéficient toujours d’un accompagnement médical et humain de qualité ».
  • « Guérir si possible, toujours prendre soin », affirme ainsi François, en se référant à Jean-Paul II dans son message vidéo à travers le Réseau Mondial de Prière du Pape.
  • Le Pape souligne également le « rôle déterminant » des familles, qui « ne peuvent pas être laissées seules ».

 

(Cité du Vatican, 30 Janvier 2024) – Le Pape François demande de prier et de s’engager pour les malades en phase terminale et leurs familles dans l’édition du mois de février de la Vidéo du Pape. Le Saint-Père partage son intention de prière de ce mois-ci, où l’on célèbre la Journée Mondiale du Malade, proclamée depuis 1992 par Jean-Paul II, le 11 Février, jour de la commémoration liturgique de Notre-Dame de Lourdes.

François constate que « lorsque certaines personnes parlent de maladie en phase terminale, elles confondent deux mots : incurable et non soignable. Ce n’est pas la même chose ». « Guérir si possible, toujours prendre soin », affirme ainsi François, en se référant à Jean-Paul II, dans son message vidéo qu’il adresse à chaque croyant, à travers le Réseau Mondial de Prière du Pape.

 

Soigner et guérir

Un couple, de dos, contemple la mer : le jeune homme embrasse la jeune fille qui a perdu ses cheveux à cause de sa chimiothérapie. Une petite fille est assise sur le lit d’hôpital de son grand-père et le serre dans ses bras. Un homme est au chevet de son père, une Bible sur ses genoux et un chapelet dans ses mains. Une infirmière accompagne un patient, qui ne peut plus marcher, jusqu’au jardin. Un médecin explique à une famille le chemin difficile qu’elle va devoir parcourir avec son proche.

Selon le regard que l’on porte sur elles, les images de La Vidéo du Pape du mois de février nous parlent d’une série d’échecs ou de réussites : d’échecs, si le seul résultat acceptable est la guérison ; de réussites, si l’objectif est celui de soigner. Soigner et guérir semblent synonymes, mais ils ne le sont pas. François l’explique, en effet, clairement : même lorsque les chances de guérison sont faibles, « tous les malades ont droit à un accompagnement médical, à un accompagnement psychologique, à un accompagnement spirituel et à un accompagnement humain ». Et il poursuit : « La guérison n’est pas toujours possible. Mais nous pouvons toujours prendre soin des malades et les caresser ».

 

Malades, familles et soins palliatifs

Dans notre culture du jetable, il n’y a pas de place pour les malades en phase terminale. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, au cours des dernières décennies, la tentation de l’euthanasie a gagné du terrain dans de nombreux pays. François nous invite, au contraire, à regarder les malades avec amour – à comprendre, par exemple, que le contact physique peut apporter beaucoup même à ceux qui ne peuvent plus parler et ne semblent plus être en mesure de reconnaître leurs proches – et à les accompagner de la meilleure façon possible, aussi longtemps qu’ils en ont besoin.

Il ne s’agit pas de prolonger inutilement la souffrance : le Pape insiste, au contraire, sur l’importance des soins palliatifs et de la famille, qui – comme l’a écrit la Congrégation pour la Doctrine de la Foi dans la Lettre Samaritanus bonus de 2020 – « ne suffisent pas si personne ne se tient aux côtés du malade et ne témoigne de sa valeur unique et irremplaçable ».

En ce qui concerne les soins palliatifs, François réitère qu’ils « garantissent au patient non seulement des soins médicaux, mais également un accompagnement humain de proximité ». Quant au rôle des familles, il rappelle qu’elles « ne peuvent pas être laissées seules dans ces moments difficiles », car « leur rôle est déterminant. Elles doivent avoir les moyens de garantir un soutien physique, un soutien spirituel et un soutien social ».

C’est pourquoi le Pape conclut en demandant notre prière et notre engagement à tous afin que « les malades en phase terminale, ainsi que leurs familles, bénéficient toujours d’un accompagnement médical et humain de qualité ». 

 

Comme le Bon Samaritain

Le Père Frédéric Fornos S.J., directeur international du Réseau Mondial de Prière du Pape, présent dans 89 pays, avec plus de 22 millions de catholiques, s’interroge : « Quel est l’intérêt de prier pour cette intention ? Ne suffirait-il pas que le Pape fasse une déclaration à ce sujet ? Prier change-t-il vraiment quelque chose ? Ce sont là des questions que nous pouvons nous poser ». Et le Père Fornos de poursuivre : « Lorsque la maladie frappe à la porte de notre vie, tous nous ressentons toujours le besoin d’avoir quelqu’un qui soit près de nous et qui nous regarde dans les yeux, qui nous prend par la main, qui nous montre de la tendresse et prend soin de nous, comme le Bon Samaritain dans la parabole de l’Évangile. Cette proximité et cette affection pour les personnes en phase terminale peuvent sembler accessoires et secondaires par rapport à l’accompagnement médical, tout comme la prière peut également le sembler, or ce soutien est essentiel. C’est l’amour qui s’exprime à travers ces gestes et notre prière. Dans ces moments difficiles, les familles jouent un rôle déterminant, nous dit François. Prions donc pour que les malades en phase terminale et leurs familles bénéficient toujours des soins et de l’accompagnement nécessaires ».


La publication de la Vidéo du Pape est possible grâce à la contribution désintéressée de nombreuses personnes. Cliquez sur ce lien pour effectuer votre don.

Où regarder la Vidéo ?

 

À propos de La Vidéo du Pape


La Vidéo du Pape est une initiative officielle de portée mondiale qui a comme objectif la diffusion des intentions mensuelles de prière du Saint-Père. Elle est réalisée par le Réseau Mondial de Prière du Pape (Apostolat de la Prière). Depuis 2016, La Vidéo du Pape a enregistré plus de 218 millions de vues sur l’ensemble des réseaux sociaux du Vatican. Elle est traduite dans plus de 23 langues et a une couverture de presse dans 114 pays. Cette vidéo est produite et réalisée par l’équipe de La Vidéo du Pape du Réseau de Prière, coordonnée par Andrea Sarubbi, et distribuée avec la collaboration de l’agence La Machi Communication for Good Causes. Le projet est soutenu par Vatican Media. Pour plus d’information, consultez: La Vidéo du Pape.


À propos du Réseau Mondial de Prière du Pape


Le Réseau Mondial de Prière du Pape est une Œuvre pontificale dont la mission est de mobiliser les catholiques par la prière et l’action face aux défis de l’humanité et de la mission de l’Église. Ces défis se présentent sous la forme d’intentions de prière confiées par le Pape à toute l’Église. Sa mission s’inscrit dans la spiritualité du Cœur de Jésus, c’est une mission de compassion pour le monde. Ce réseau a été fondé en 1844 en tant qu’Apostolat de la Prière. Il est aujourd’hui présent dans 89 pays et compte plus de 22 millions de catholiques. Il comprend une branche jeunes, le MEJ – Mouvement Eucharistique des Jeunes. En décembre 2020, le Pape a constitué cette œuvre pontificale en tant que fondation vaticane et a approuvé ses nouveaux statuts. Son Directeur international est le P. Frédéric Fornos, SJ. Pour plus d’informations, consultez: www.prieredupape.va.


CONTACTS DE PRESSE

press@thepopevideo.org


Pour les malades en phase terminale



Pour les malades en phase terminale